L’Esprit Saint

On parle souvent des dons du Saint Esprit qui sont au nombre de sept, mais plus rarement des fruits du Saint Esprit. Les connaissez-vous ? Alors que nous célébrons la Pentecôte, petit rappel qui nous encourage à les faire grandir en nous !

-> La charité : C’est un amour gratuit, un amour généreux qui donne sans compter. Cet amour recherche ce qui est le meilleur pour l’autre.
-> La joie : C’est une joie plus profonde que la gaieté. La joie donnée par Dieu ne dépend pas des circonstances extérieures de notre vie. Elle s’ancre dans la certitude d’être aimé de Dieu, quoi qu’il arrive.
-> La paix : Ce n’est pas l’absence de conflits. C’est une tranquillité de notre être intérieur, une tranquillité de l’âme. Même si nous traversons des choses difficiles, nous savons que nous sommes dans la main de Dieu.
-> La patience : C’est la capacité que nous avons de pouvoir traverser les moments plus difficiles sans nous énerver, sans mécontentement, sans ressentiment ni murmure. La capacité de tolérer les imperfections, les contrariétés et les contre-temps.
-> La bonté : La bonté, c’est la capacité de voir à la manière de Dieu, c’est-à-dire avec amour. La bonté n’est pas un signe de faiblesse mais au contraire un signe de force : nous croyons en la force de l’amour qui peut transformer les vies !
-> La bienveillance : C’est ne vouloir faire aucun mal à personne, on veut le bien de l’autre. Elle rime avec l’indulgence, la non condamnation, l’empathie ainsi que la compassion. Elle rime également avec la capacité à pardonner généreusement.
-> La fidélité : Dieu est fidèle à son Alliance avec les hommes. Nous aussi, nous grandissons dans la confiance et dans la fidélité à Dieu et aux autres. Cela passe notamment par le respect de la parole donnée, des engagements pris. On peut compter sur nous.
-> La douceur : Les personnes douces sont calmes, donnent une impression reposante. Elles sont facilement abordables, et auprès d’elles on se sent toujours accueillis et non jugés.
-> La maîtrise de soi : Ce n’est pas une maîtrise de soi à la force du poignet, mais une vertu intérieure qui se développe et qui fait que l’on est maître de soi, chaste, sobre et modéré dans notre relation avec les autres.
-> La modestie : C’est une attitude d’humilité : on est à sa juste place. A sa place rien qu’à sa place, sans vouloir paraître.
-> La chasteté : C’est vivre une relation saine avec les autres qui nous entourent. Ne pas chercher à mettre la main sur l’autre mais au contraire le faire grandir en liberté.
-> La continence : Savoir se priver parfois pour vérifier sa liberté. Être raisonné, réfléchi et raisonnable.

Et si nous en choisissions une ou deux en cette fin d’année pour les faire fructifier en nous ? Chiche 🙂 ?

abbé Rémy SOUBRIER+

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s