Veillée de prière / Noël 2019

Voici le texte de la veillée de prière proposée hier soir avant la messe de la nuit de Noël à Ballan-Miré. Un grand merci aux auteurs, bénévoles, lecteurs, musiciens, porteurs de lumière pour cette belle veillée.
JOYEUX NOËL

Récitant : Parti de Nazareth avec sa femme enceinte, Joseph est sur la route vers Bethleem

Il avance vers le village d’où il est originaire, celui de la descendance de David …

L’obligation de se faire recenser amène la famille à migrer, à quitter sa terre lieu de sa vie pour se rendre dans un lieu qui lui est étranger même s’il est originaire de Judée …

Méditation : Laissons-nous habiter par les sentiments que pouvait éprouver Joseph. Sur ce chemin difficile, avec sa femme qui attend un enfant, alors qu’il sait que le moment de la naissance approche, il avance, pendant que l’obscurité commence à gagner sur la terre de Judée. Il a écouté le message de l’ange qui lui a dit de prendre Marie pour épouse, alors qu’il sait bien ne pas être le père de ce bébé. Il a accepté de ne pas appliquer la loi juive qui lui auraient permis de la répudier … il avance dans le silence de la nuit, il pense à tous ces derniers évènements, il ne sait plus où il en est, il sait que ses amis ne l’ont pas compris, que dans le village de Nazareth on se rit de lui, il ne sait même pas s’il pourra y retourner …

Joseph : « Mon Dieu, c’est toi qui m’a choisi, c’est toi qui m’a appelé par mon nom … j’ai besoin que tu me soutiennes, j’ai besoin que tu sois avec moi, j’ai besoin que tu m’aimes … »

Chant :   Ne crains pas je suis ton Dieu

Récitant : Tout au long du chemin, il avance, tenant la longe de l’âne qui porte Marie, et Joseph se remémore les histoires de la Bible … Abraham qui quitte son pays pour partir à l’aventure, « Araméen errant, descendu en Égypte pour y séjourner en immigré »  Lui aussi il a fait confiance à Yavhé, son Dieu, et il est parti vers un pays inconnu sur une promesse

Joseph : « Je me souviens bien de ce que Yahvé a dit à Abraham : « Pars, va vers le pays que je te montrerai, ta descendance sera aussi nombreuse que les grains de sable … »

Méditation : Nous aussi nous avons connu dans notre vie des départs, des déménagements, l’aventure d’un lendemain incertain. Nous aussi nous avons rencontré des hommes, des femmes et des enfants  perdus, que la guerre, la peur, la faim ont jeté sur les routes sans savoir où poser leur fardeau et de quoi sera fait demain. Abraham a fait confiance aux paroles de celui qui lui avait dit de partir, il avait confiance dans la parole de Yahvé. Abraham ne fuit pas, et Joseph non plus. Il accomplit sa mission. Mais son inquiétude grandit au fur et à mesure qu’il avance vers Bethleem …

Joseph : « Mon Dieu, est-ce que je trouverai un lieu accueillant, des personnes pour m’aider, car j’entends Marie qui commence à connaitre les douleurs de l’enfantement … Trouverai-je à une table un peu de pain, des mains tendues, un peu de place pour accueillir la naissance de l’enfant qu’elle porte et va mettre au monde ? »

Chant :   Laisserons nous à notre table

Récitant : Joseph connait des passages de la Bible par cœur  … le deutéronome, livre de codes de vie sociale, exige que l’immigré soit protégé au même titre que le malheureux, indépendamment de leurs origines. Qu’il n’y a qu’une seule législation pour l’indigène et l’immigré, parce que Yahve est le Seigneur votre Dieu » et il se rappelle surtout ce passage très fort inscrit dans le livre du Lévitique : 

Joseph : « Quand un immigré résidera avec vous dans votre pays, vous ne l’exploiterez pas. Cet immigré sera parmi vous comme un indigène, et vous l’aimerez comme vous-même, car vous-même avez été immigrés au pays d’Égypte ».

Méditation : Alors que tant de familles sont obligées de quitter leur pays, leur terre, et viennent frapper à nos portes, rappelons nous : elles deviennent ces immigrés que Dieu nous demande d’aimer comme nous même, de protéger. Les accueillir, eux aussi, parce que dans cette vie sur terre nous sommes tous des pélerins, en marche vers l’inconnu de nos vies, et heureux nous même de rencontrer des frères sur notre route, des abris sur notre chemin …

Récitant : Et Joseph est rassuré par ces paroles de l’ancien testament qui s’imposent à tout le peuple d’Israel, son Peuple, alors que les lumières de Bethleem deviennent visibles au loin. Il n’a pas peur, il a confiance dans la parole de Yahvé et le respect de sa loi par les frères qu’il ne connait pas mais qui sont du même peuple choisi … Oui, Yahvé est comme un Père pour son Peuple et il n’abandonnera aucun de ses enfants …

Chant :Mon Père, Mon Père, je m’abandonne à toi

Récitant : Alors que Joseph approche de l’entrée de Bethleem et qu’il s’apprête à frapper aux premières portes, il se rappelle aussi de Moise, et du peuple de Dieu en esclavage en Egypte. La ils ont connu la haine contre l’étranger, ils étaient eux-mêmes des immigrés, mais un jour la parole de Yahvé est venue appeler Moise, et Joseph se remémorait tout en marchant les paroles qui jaillissaient du buisson ardent …

Joseph : «Je suis le Dieu de ton père, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob …

J’ai vu la souffrance de mon peuple qui est en Egypte et j’ai entendu les cris qu’il pousse devant ses oppresseurs. Oui, je connais ses douleurs. Je suis descendu pour le délivrer de la domination des Egyptiens et pour le faire monter de ce pays jusque dans un bon et vaste pays, un pays où coulent le lait et le miel … »

Récitant : des paroles de réconfort et de confiance qui firent du bien à Joseph. Il s’avait que Yahve n’abandonnait pas ceux qu’il aime … Et l’ange qui lui était apparu dans son sommeil lui avait demandé d’appeler « Jésus », cet enfant que porte Marie en elle et qui va naître cette nuit, ce nom de Jésus qui signifie « Dieu sauve » …

Chant :   Jésus, Jésus … (chant de l’Emmanuel)

Récitant : Mais beaucoup de portes restent fermées, et faute de place les habitants de Bethleem refusent de les accueillir … De maison en maison ils sont rejetés … Joseph perd progressivement espoir. Il a beau expliquer que sa femme est enceinte, qu’elle va enfanter, personne ne veut les aider.

Joseph : « J’avance, je veux garder confiance, mais tous ces refus et ces visages fermés font mal. Je me souviens de ce qui est arrivé pendant les 40 ans d’errance du peuple hébreu dans le désert : le peuple perdit courage en chemin; il se mit à critiquer Dieu et Moise … alors qu’ils avaient été libérés de l’esclavage en terre étrangère … Seigneur, Dieu de David, viens à mon secours ! »

Récitant : et Joseph se retrouve devant l’entrée d’une pauvre grange, un peu à l’écart du village qui n’a pas voulu de lui, un peu de paille, deux animaux qui apportent un peu de chaleur … Alors que la ville de Bethleem a refusé l’hospitalité à Joseph et Marie, ce sont des bergers, des gens simples et pauvres qui vont à eux, guidés par le Seigneur. Et ce sont eux qui seront chargés de communiquer aux habitants de Bethleem la grande nouvelle de la naissance de Jésus, propre à réjouir toute la ville.

Méditation : Ce sont souvent les pauvres qui accueillent le mieux ceux qui n’ont rien. Et les bergers témoignent de la joie qui nait dans leur cœur lors de cette rencontre dans la crèche. Cette même action de grâces que ressentent profondément ceux qui accueillent et accompagnent leurs frères migrants, ces hommes, ces femmes et ces enfants qui ont quitté leur pays, leur maison, contraints par la guerre, ou par la faim, ou du fait de catastrophes climatiques

Le Célébrant : Ce même Jésus, au cours de sa vie publique, dira : « J’ai eu faim et vous m’avez donné à manger, j’ai eu soif et vous m’avez donné à boire, j’étais un étranger et vous m’avez accueilli, nu et vous m’avez vêtu, malade et vous m’avez visité, prisonnier et vous êtes venu me voir : chaque fois que vous l’avez pas fait à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous l’avez pas fait … »

Frères, rappelons nous en cette nuit de Noel les mots du début de l’Evangile de Jean : Il est venu chez les siens, et les siens ne l’ont pas accueilli. Mais à tous ceux qui l’ont accueilli, il a donné pouvoir de devenir enfants de Dieu

Ce que Dieu fait pour nous, en nous accueillant tels que nous sommes, il nous demande de le faire également pour tout homme qui quitte son pays et vient frapper à notre porte … Accueillir notre frère étranger en errance, c’est accueillir Jésus dans notre maison, c’est être à notre tour une crèche vivante

Chant :   C’est Noel tous les jours 

Fin de la veillée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s